Menu Fermer

Tu es curieux.se et tu veux connaître toute l’histoire de la Baraque en Vrac ?

Quand un entrepreneur social dans l’âme débarque à la Madeleine…

Il y a 4 ans, lorsque Lionel descend des montagnes de Haute-Savoie pour s’installer à la Madeleine suite à la mutation de sa compagne, il décide dans un premier temps d’être « homme au foyer » pour pouvoir s’occuper de ses deux enfants.

Mais pour cet ancien éducateur spécialisé devenu cadre dans le secteur social, il n’est pas possible de rester très longtemps sans projet ! Formé au management du changement et passionné par la question des transitions économiques et environnementales, Lionel se retrouve bien vite les deux pieds dans les dynamiques lilloises de l’ESS et de l’innovation sociale.

Lionel a envie d’agir là où il vit, il aimerait créer des passerelles entre les différentes catégories sociales qu’il repère à la Madeleine. Persuadé que « le faire ensemble » peut favoriser le « vivre-ensemble », Lionel est d’abord séduit par le concept de Conciergerie de Quartier. Mais après quelques temps de prospection, il réalise à quel point ce type de projet est difficile à asseoir dans la durée. Surtout, il réalise qu’un autre projet le fait « encore plus kiffer »…

Ce projet, c’est Super Quinquin, le supermarché coopératif et participatif de Lille Fives, dont Lionel est membre depuis son arrivée dans la région. La bonne idée arrive alors : dupliquer ce modèle coopératif à la Madeleine ! Et pourquoi pas aller encore plus loin en proposant uniquement des produits locaux, en circuit court et orientés Zéro déchet ?

Sauver la planète, c'est une urgence depuis déjà 30 ans !
Lisa
La Baraque en Vrac
Nous sommes lié.e.s par l'envie d'essayer de faire partie de la solution, plutôt que de continuer à faire partie du problème.
Alice
La Baraque en Vrac
Des habitant.es en quête de solutions pour consommer autrement…

Enthousiaste, Lionel commence à parler de cette idée aux Madeleinois.es déjà contributeurs de Super Quinquin et aux parents d’élèves qu’il fréquente dans son quartier. L’enthousiasme est contagieux : bientôt Jean-Baptiste, Alice, Noémie et Julie s’embarquent dans l’aventure.

Pour Alice, ancienne contrôleuse de gestion en quête de sens et de cohérence, l’adhésion au projet est évidente : « Cela fait des années que j’essaie de faire les courses de manière responsable. Du coup, je passe des heures dans les magasins, à lire toutes les étiquettes ! (rires) Alors s’il y a un projet qui peut me permettre de faire les courses près de chez moi les yeux fermés, c’est-à-dire en sachant que la qualité et l’éthique des produits ont déjà été vérifiées en amont… forcément je valide ! ».

Des réunions d’information sont proposées à la Madeleine en vue d’informer et de rallier les habitant.e.s des différents secteurs de la ville.

Hélas, nous sommes en 2020, et quelques semaines plus tard, le confinement est décrété. Qu’à cela ne tienne ! Les Amis de la Baraque en Vrac restent mobilisés et organisent ces réunions d’information en visio-conférence, mobilisant de nouvelles recrues.

C’est ainsi que Lisa rejoint vite l’aventure. Pour cette traductrice mère de trois enfants, qui est arrivée d’Autriche dans les années 90, l’écologie est depuis longtemps une évidence. « Quand je suis arrivée en France, j’ai été stupéfaite par le manque d’actions en faveur de l’environnement. Pour moi et mon mari qui est aussi très tourné vers la décroissance, c’est une urgence majeure depuis déjà 30 ou 40 ans ! ». Cette conscience des enjeux écologiques et l’envie de consommer autrement est bien ce qui fédère les adhérent.e .s de La Baraque en Vrac. Comme le synthétise Alice : « Nous sommes liés par l’envie d’essayer de faire partie de la solution, plutôt que de continuer à faire partie du problème. » Mais il ne s’agit pas pour autant de rester dans son entre-soi : La Baraque en Vrac se donne aussi pour ambition de sensibiliser de nouveaux publics à ces questions de transition économique et environnementale. Lionel et les autres ont aussi à cœur à cette mission « d’éducation populaire » impliquant mixité et inclusion sociale.

Un bureau + un réseau + des partenaires = un projet qui devient concret !

Alors dès que la situation sanitaire s’améliore au cours de l’été, la petite équipe ne perd pas une minute… En juin, le « Club des 5 » dépose les statuts de l’association qui préfigure le projet : Les amis de la Baraque en Vrac est née !

Le projet est pensé comme progressif sur les trois prochaines années, il se veut ambitieux et créateur d’emploi. L’idée est de commencer par un groupement d’achat entre voisin.e.s, pour aller ensuite vers l’ouverture d’une boutique « Comptoir » orientée Vrac… puis vers un tiers-lieu culturel et participatif dédié aux Transitions.

Mais il faut commencer par le commencement : tandis qu’Alice s’attèle à la création du site Internet, Lionel profite de l’été pour partir à la rencontre des futurs fournisseurs de La Baraque. L’orientation est claire : choisir le plus possible des producteurs acteurs de l’ESS, tant sur la dimension agriculture biologique que sur la dimension sociale. Un partenariat fort est établi avec les ateliers ESAT des Papillons Blancs qui développent le maraîchage bio, la confection de gâteaux sans gluten ou encore produisent de la bière et du savon sur différentes villes du territoire. Un partenariat est également enclenché avec la marque « Bio demain » qui accompagne les agriculteurs locaux dans leur conversion à l’agriculture bio. Spenninck, un semi-grossiste du Marché d’Intérêt National (MIN) de Lille complète l’offre, notamment pour tout ce qui concernera les céréales et les légumineuses.

Grâce à ce réseau de fournisseurs, la 1ère commande groupée de La Baraque en Vrac est distribuée début décembre 2020, au domicile de Lionel. « Un moment hyper sympa et convivial, qui a permis aux quinze premières familles du collectif de se retrouver autour de produits de qualité vendus au prix juste ».

Il s'agit de lier transition économique et transition écologique.

Mais il y a aussi un fort enjeu d'éducation populaire, de sensibilisation des publics.

Lionel
La Baraque en Vrac
S’ancrer à la Madeleine pour s’ouvrir à tou.te.s

Malgré les difficultés à se rencontrer liées au re-confinement, le projet de La Baraque est sur les rails… mais cherche encore sa gare d’attache. Pas facile dans un secteur urbain très prisé de la spéculation immobilière, surtout lorsque l’on n’a pas de soutien politique…

Mais en janvier 2021 : bingo ! La Petite Madeleine, association aux valeurs similaires, propose à La Baraque en Vrac de partager leurs nouveaux locaux situés à la Nouvelle Madeleine. Cette association agit depuis 2018 pour mettre à la portée de tous des moyens pour consommer autrement via l’achat d’occasion, la réparation/la revalorisation d’objets du quotidien et l’utilisation de matières de récupération. Comment rêver plus cohérent pour La Baraque en Vrac ?

L’année 2020 a donc été bien remplie pour les amis de La Baraque ! Mais les défis pour 2021 sont encore nombreux : faire vivre le local, fédérer la communauté naissante, enrichir le catalogue des produits proposés, conquérir d’autres Madeleinois.e.s et tisser des ponts entre les différents quartiers de la ville. Mais aussi, sans relâche, informer et sensibiliser toujours plus de personnes aux enjeux sociétaux qui fondent cette initiative.

Rédaction : Magali Nayrac pour La Baraque en Vrac